Comment consolider la structure de son grenier avant de le transformer en pièce de vie ?

A l’origine le grenier servait de stockage pour le foin ou les graines. Souvent inutilisé de nos jours, cet espace reste une formidable opportunité d’agrandir l’espace habitable d’une maison.

La désignation du grenier est souvent amalgamée avec celles des combles d’une maison, la différence est en effet relativement mince. Les combles désignent l’espace entre la toiture et le plus haut plancher de la maison alors que par grenier on entend plutôt une fonction de stockage pour la pièce. De nos jours des combles aménageables permettent d’adapter et de faire évoluer la maison au fil des années et aux besoins de la famille.
Lors de l’achat ou de la construction d’une maison, des combles aménageables constituent un potentiel d’agrandissement pour l’avenir tout en gardant un coût à l’achat attractif. Au fur et à mesure des événements de la vie, on se retrouve avec la possibilité d’aménager ou non ses combles pour y construire une surface habitable et répondre aux besoins des membres de la famille (arrivée d’un nouvel enfant, besoin d’un bureau pour du télétravail, salon annexe réservé aux jeux vidéo ou à l’installation d’un home cinéma, …). Les idées de fonctionnalités de la pièce ne manquent pas.

Souvent aménagée bien après la construction de la maison, c’est une pièce que l’on rénove avec moins de contraintes de temps, au moment opportun. On prend plus le temps de réfléchir à ce dont on a besoin et comment on souhaite la personnaliser.
La configuration soupente confère à l’habitation un charme indéniable en en faisant presque oublier les contraintes qu’elles engendrent.
En cas de revente, cette surface sera mise à profit et participera à provoquer le coup de cœur et aider à la vente.

Consolider les bases du fondement de vote future pièce de vie sous les combles est essentiel à la qualité de la réalisation

Peut-on entreprendre l’aménagement d’un grenier ou de ses combles en toute indépendance ?

Il y a quelques dispositions à vérifier tout d’abord. Vous devrez réaliser les démarches suivantes selon la nature et les spécificités de votre chantier :

  • Faire une déclaration de travaux en mairie

Votre nouvelle surface d’habitation est inférieure à 5 m2 en loi Carrez et vous modifiez éventuellement l’aspect de la maison à l’aide d’une fenêtre de toit par exemple.

  • Obtenir une autorisation de travaux

Si votre nouvelle superficie est comprise entre 5 et 40 m2 loi Carrez, avec ou sans modification de l’aspect extérieur de la maison


• Demander un permis de construire

pour une superficie supérieure à 20 m2 loi Carrez avec modification de l’aspect extérieur. Si l’addition des nouveaux mètres carrés gagnés entraine une superficie totale d’habitation de plus de 150 m2, il vous faut également recourir à l’étude d’un architecte.

Enfin vous ne pourrez vous soustraire a fortiori au permis de construire quelque soit la surface aménagée dans les cas où vous procédez à une surélévation de la maçonnerie ou à une réhausse de la toiture pour réaliser une pente.
Dès que vous modifiez l’aspect extérieur en créant par exemple de nouvelles fenêtres de toit, il vous faudra faire une déclaration de travaux en mairie. Ces travaux peuvent être conforme au PLU (Plan Local d’Urbanisme), des Bâtiments de France le cas échéant et éventuellement de vos voisins qui peuvent contester les travaux dans les deux mois après affichage de la déclaration de travaux.

Comment savoir s’il s’agit de combles perdus ou aménageables ?

L’espace sous comble offre une opportunité de créer de nouveaux volumes.

Avant d’envisager d’aménager vos combles ou votre grenier, il est important de mieux connaitre les caractéristiques de votre espace sous toit en l’état afin d’évaluer l’enveloppe budgétaire nécessaire aux travaux.
L’aménagement de combles qui avaient initialement été prévus pour être aménageables sera moins couteux que si la rénovation exige un renforcement du plancher, ou encore une remise en état de la toiture.
Commencez par évaluer la structure actuelle : L’ossature du faîtage doit être saine et étanche et ne doit pas présenter de détériorations suite à des intempéries ou des insectes par exemple.

On parle de combles potentiellement aménageables lorsqu’ils remplissent les conditions suivantes :

  • La hauteur sous plafond est au minimum de 1,80 m au centre de la pièce ou plus trivialement une personne doit pouvoir au minimum se tenir debout au centre du grenier en écartant les bras sans toucher la toiture.
  • Le plancher du grenier doit pouvoir supporter au minimum 150 kg par m2. Une structure traditionnelle avec plancher porteur le garantit en général.
  • La pente de la toiture est supérieure à 35°.
  • Enfin la structure de la charpente doit permettre une libre circulation. Les charpentes fermettes doivent être modifiées structurellement pour libérer de l’espace mais aussi pour conserver toute la solidité à l’édifice. Il ne s’agit pas de s’improviser charpentier et des travaux préalables par un professionnel doivent être entrepris.
  • Les combles ont fait ou vont faire l’objet d’isolation thermique et phonique.
  • Ils disposent d’une source au moins de lumière naturelle à l’aide de fenêtres de toit.

Les combles perdus désignent donc l’espace qui ne peut répondre à ces critères et qui est donc faiblement valorisable. En contrepartie vous pouvez avoir recours à une isolation rapide et efficace par pulvérisation de flocons ou mousse polyuréthane.

Comment renforcer ou remplacer le plancher d’un grenier et l’isoler phoniquement?

Le diagnostic de la structure de votre plancher consiste à définir s’il est porteur ou non dans un premier temps.
S’il a été conçu porteur comme la plupart des structures de charpentes traditionnelles lors de la construction, vous n’aurez qu’à vérifier s’il est toujours en bon état. Eventuellement vous pourrez lors de l’aménagement prévoir la pose d’une sous-couche d’isolation phonique pour réduire le bruit des pas et d’une dalle sèche ou d’un béton léger pour le consolider davantage. Une telle structure supporte environ 150 kg par m2. Considérez qu’il ne suffit pas de soutenir les occupants mais bien également tout le mobilier que vous prévoyez d’y installer. Cette vérification est d’autant plus indispensable si vous prévoyez d’y aménager une salle de bain sous les combles voire une cuisine.

A l’inverse si rien n’a été prévu pour accueillir une pièce supplémentaire lors de la construction de la charpente, un certain nombre de travaux sont à prévoir. Il se peut qu’en effet le plancher des combles ne consiste qu’en un simple plafond de plâtre suspendu grâce à des poutres. Cette configuration est bien trop fragile pour envisager un quelconque aménagement.
Lors du choix du revêtement de sol, on privilégie plutôt les matériaux légers comme le lino, le parquet mais on évite le carrelage épais qui rajoute des contraintes à la structure.

Créer des ouvertures dans des combles à aménager à l’aide de fenêtres de toit

Créer plusieurs fenêtres de toit favorise un maximum de luminosité naturelle

Toujours à prendre en compte dans votre pré-étude et le coût des travaux qui va en découler : Vos combles disposent-ils d’ores et déjà d’une ouverture sur la toiture ?
Pour le confort mais aussi pour garder la pièce saine et pouvoir aérer, vous ne pourrez échapper à la création d’une ou plusieurs fenêtres de toit.
Si vous en avez la possibilité, agrémentez votre futur espace d’au moins une fenêtre de toit sur chaque versant de façon à profiter d’un maximum de luminosité tout au long de la journée.
Quitte à faire des travaux, profitez-en pour investir dans un modèle à double vitrage, motorisé avec éventuellement un volet ou un rideau occultant. Comptez pour cela entre 500€ jusqu’à 1000 € par fenêtre.

Isoler ses combles en vue de l’aménagement d’une pièce de vie

L’isolation est un des éléments les plus importants à prendre en compte lorsque vous envisagez d’aménager vos combles.
Les déperditions de chaleur par le toit représentent 30% du gaspillage énergétique de la maison et sont une véritable source d’inconfort avec des pièces mal chauffées en hiver et surchauffées en été.
Vous avez deux possibilités : Isoler par l’extérieur ou depuis l’intérieur de votre futur nouvel espace de vie.

Isoler ses combles par l’intérieur en vue d’aménager une future pièce de vie

C’est la solution la plus rapide et la plus économique même si elle va impacter le volume de la pièce en réduisant la hauteur sous toiture.
La technique consiste à fixer des panneaux isolants (laine de verre, laine de roche, …) sous les rampants de la toiture à l’aide d’agrafes le plus souvent. On vient ensuite poser des plaques de plâtres pour le côté esthétique.

Isoler ses combles par l’extérieur (ITE) pour gagner en hauteur sous pente

Plus longue et fastidieuse, l’isolation par l’extérieur apporte l’avantage indéniable d’éliminer les ponts thermiques de votre isolation tout en conservant la hauteur sous plafond pour votre future pièce de vie sous les combles. C’est souvent une opération à considérer si de toute façon vous devez remettre en état une toiture un peu âgée.
En contrepartie vous devez venir enlever au fur et à mesure une partie de la couverture du toit pour venir la redéposer après avoir fixé des panneaux isolants (principes du Sarking).

Installer un accès sécurisé : Intégrer un escalier

Une fois le problème de l’isolation réglé, vous vous voyez déjà dans votre futur bureau aménagé ou encore votre toute nouvelle chambre pour accueillir les amis de passage.
Oui mais attention, un autre élément fondamental est l’accès de votre nouvel espace de vie sous combles. Nous allons le voir, il est inutile de réfléchir à la disposition des meubles de votre nouvelle pièce si vous n’avez pas défini l’emplacement de votre accès et l’espace qu’il va occuper à la fois au sol de votre nouvelle pièce ainsi qu’à celui de la pièce de l’étage inférieur.
Il faut être vigilant au point suivant : On cherche à augmenter la surface d’habitation et rendre sa maison plus confortable. Or un mauvais choix d’escalier peut totalement ruiner vos efforts si l’espace gagné dans votre grenier est anéanti par l’encombrement de votre escalier à l’étage inférieur.

  • Choix de l’emplacement de votre accès à votre pièce sous combles

On va chercher une solution qui permettra un accès sécurisé, confortable tout en limitant au maximum son empiètement sur les surfaces au sol des deux étages.
Si vous disposez d’une trappe déjà existante et que vous souhaitez la conserver, veillez à vérifier que lorsque vous arrivez au grenier vous pouvez d’emblée vous mettre debout. En effet rien ne sert de disposer l’escalier dans un coin de la pièce soupente si vous devez ramper avant de pouvoir vous mettre debout.

  • Dimensionner votre solution d’accès aux combles

La largeur de la trémie doit correspondre à celle de l’escalier choisi et doit être au minimum longue de deux mètres pour que vous n’ayez pas à baisser la tête en montant ou en descendant.
Son dimensionnement optimal sera garant d’un confort et d’une sécurité nécessaire pour pleinement exploiter votre nouvelle pièce. L’idéal est de faire appel à un professionnel pour le calcul des dimensions caractéristiques suivantes : Une échappée suffisante pour ne pas se cogner, une hauteur de marche confortable. Enfin le pas de foulée, la longueur du limon nécessaire, le reculement, le giron, le nez de marche ainsi que la profondeur de marche « loi de Blondel » doivent être étudiés attentivement et respectés des standards de dimensionnement.

Les différents types d’accès à installer pour accéder à sa pièce aménagée au grenier

L’escalier en colimaçon ou hélicoïdal

C’est une solution intéressante car sa structure nécessite peu d’espace au sol et peut rester désolidarisée d’un mur. Son principal inconvénient reste l’acheminement des meubles et autres objets volumineux qui peut vous décourager dans la fonction de votre future pièce à aménager.

L’escalier droit

La configuration la plus classique et la plus pratique consiste à installer un escalier droit. Vous n’aurez plus le problème d’acheminement d’objet volumineux mais vous aurez besoin d’une importante surface au sol pour les deux surfaces. C’est une solution bien adaptée pour les aménagements de combles dont la superficie du plancher est conséquente. La trémie occupera une surface importante et il peut être nécessaire de créer un chevêtre en fonction de la configuration existante.

L’escalier quart tournant ou deux quarts tournant

C’est un bon compromis entre l’escalier droit et celui en colimaçon : Moins contraignant pour transporter des choses volumineuses et moins encombrant qu’un escalier droit.

L’escalier escamotable

L’escalier escamotable limite au minimum l’encombrement au sol

Enfin vous ne pensiez pas possible l’aménagement d’un grenier à cause de l’impossibilité de dégager un espace suffisant à l’étage inférieur. Il existe une solution tout à fait pratique même si elle ne sera pas aussi confortable qu’un accès permanent, il s’agit de l’escalier escamotable.
Ici l’empiètement à l’étage inférieur sera réduit au minimum au repos des pieds de l’échelle que vous pourrez rétracter à votre gré à l’étage supérieur et rendre invisible votre accès.
C’est une solution qui vous permettra de réaliser toutes vos envies sans profondément modifier l’espace inférieur. Cette solution est plutôt conseillée pour une fonction occasionnelle de la pièce sous combles : chambre d’ami, bureau d’appoint, atelier artistique, salle de musique, salle d’enregistrement vidéo.
L’escalier escamotable correspond bien également aux petites surfaces à aménager. En effet il vaut mieux respecter certaines proportions : On ne va pas installer un escalier encombrant pour une pièce sous combles de moins de 5 m2.

Acheminer l’électricité et la plomberie à sa pièce de vie sous les combles

Suivant la fonction que vous pensez allouer à la pièce, vous aurez surement besoin d’une ou plusieurs prises électriques, d’un chauffage éventuel et d’une arrivée d’eau.
Ces éléments sont à prendre en compte au plus tôt dans la rénovation de votre grenier et même avant la rénovation du plancher, de l’isolant et a fortiori de l’aménagement de la pièce.

L’électricité peut s’acheminer via votre circuit général ou faire l’objet d’un tableau indépendant si cela s’avère plus pratique. Anticipez une facture réévaluée d’environ 1000€ pour un nouveau tableau. L’installation satisfait la norme NF C 15-100 et garantit les protections nécessaires à l’aide de différentiels 30 mA et disjoncteurs d’intensité adaptée.

Prévoyez également l’arrivée d’une prise pour la télévision ou une prise Ethernet si la future fonction de la pièce le nécessite (salon, bureau, …).
Concernant l’acheminement de l’eau, si vous disposez d’un système de chauffage central, l’idéal reste de faire parvenir le circuit jusqu’à votre nouvelle pièce de vie pour l’installation d’un chauffage, d’un sèche-serviette et l’arrivée d’eau chaude à une douche ou un lavabo. Mais cela peut nécessiter quelques adaptations. La pose d’un petit ballon d’eau chaude électrique peut être une alternative rapide et suffisante tout comme la pose d’un chauffage électrique d’appoint indépendant.

Quant à l’évacuation des eaux usées, on cherche à rapprocher les équipements sanitaires au plus près de la colonne d’évacuation pour limiter les problèmes d’écoulement.

Enfin une ventilation mécanique (VMC) peut être nécessaire en complément de l’aération grâce aux fenêtres de toit surtout pour les pièces à vocation de futures salles de bain ou cuisines.

A quels artisans spécialisés faut-il faire appel pour la mise en conformité de ses combles en vue d’un aménagement ?

Comme nous l’avons vu, la préparation du chantier nécessite plusieurs étapes importantes pour garantir une future pièce à vivre saine et confortable. Il faut également veiller à se conformer aux normes DTU (document technique unifié) pour que votre nouvelle pièce de vie remplisse les exigences en termes de normes thermiques, acoustiques, de voisinage, …


Il est intéressant de confier ses étapes importantes aux professionnels qualifiés pour partir sur de bonnes bases.
Les travaux les plus onéreux concernent les modifications de structure.
Si pour rendre l’espace viable vous devez poser un plancher porteur ou modifier les fermettes, la facture pourra s’alourdir jusqu’à 1500 €/m2.
Si vous devez éventuellement envisager de surélever la structure ou rehausser la toiture pour obtenir une soupente adaptée, il faudra considérer une enveloppe de 2000€ de plus par m2.


Cette rénovation fera intervenir un vaste panel d’artisans. Suivant le besoin, vous aurez à confier une partie des travaux à un charpentier, un couvreur, un plaquiste, un électricien, un maçon, un plombier ou encore une entreprise spécialisée dans l’isolation. Enfin sachez que vous pouvez vous simplifier la vie en contactant une entreprise directement spécialisée dans l’aménagement de combles. En disposant d’un bureau d’étude, ils sont à même de fournir une étude et une réalisation clé en main.
Enfin si l’intervention d’un professionnel impact le coût global de l’aménagement de vos combles, elle a le mérite d’apporter quelques contreparties : Vous bénéficiez de la garantie décennale et serez potentiellement éligibles aux aides à la rénovation en cas de gain énergétique (crédit d’impôt, réduction de TVA, prime énergie, …).
Vous pouvez éventuellement faire appel à des professionnels pour les travaux critiques de « fondement » et personnaliser ensuite la pièce par vous-même. Vous commencerez ainsi sur des bases saines et garanties par des professionnels.
Pensez à vérifier l’assurance de votre prestataire et à vous couvrir également en complément d’une assurance dommages-ouvrage.


Quel type de pièces aménager sous ses combles ?

Votre espace sous combles est fonctionnel pour accueillir une nouvelle pièce de vie, vous avez suivi nos conseils pour préparer votre structure sous combles et disposez alors d’un beau volume mansardé…

Comment consolider la structure de son grenier avant de le transformer en pièce de vie ?

A l’origine le grenier servait de stockage pour le foin ou les graines. Souvent inutilisé de nos jours, cet espace reste une formidable opportunité d’agrandir l’espace habitable d’une maison. La désig…