Comment réussir ses travaux de ravalement de façade ?

Elément essentiel d’une maison ou d’un bâtiment, la façade se doit d’être esthétique tout en remplissant ses fonctions d’isolation et d’étanchéité. Découvrez ci-après comment réussir vos travaux de ravalement de façade.

Tout en s’efforçant d’être esthétique, une façade doit permettre de garantir étanchéité et isolation

Pourquoi entreprendre un ravalement de façade ?

Qu’est-ce qu’un ravalement de façade ?

Le mot « façade » désigne le parement extérieur c’est-à-dire l’ensemble des murs extérieurs d’un bâtiment. A l’usage il est le plus souvent employé pour parler de la façade principale ou de la façade avant.
La façade a une fonction à la fois de mur porteur et protecteur. Avec le toit il constitue un des éléments les plus importants de toute construction. Les façades soutiennent mécaniquement et architecturalement le bâtiment tout entier.
Son autre rôle est bien sûr de protéger l’habitation des intempéries et facteurs climatiques extérieurs (vent, pluie, neige, gel, soleil, …).
Ces deux fonctions essentielles peuvent être garanties et conservées dans le temps grâce à un entretien adéquat et régulier de la façade.
Avec les mouvements inévitables du sol qui travaille et bouge, l’apparition de fissures est fréquente avec le temps. Ces fissurations peuvent conduire à une isolation dégradée voire à des infiltrations d’eau, préjudiciables à la bonne santé de la maison mais également de ses habitants.
On appelle ravalement de façade sa remise à neuf : Les trous et fissures sont rebouchés et consolidés, la façade est nettoyée et remise en état grâce à diverses solutions de finition que nous allons détailler ici.

Les raisons qui poussent à entreprendre des travaux de rénovation

  • La façade d’une maison, une question d’esthétique

La façade extérieure est évidemment l’élément qui donne l’impression générale de la maison.
Bien entretenue, une belle façade apporte du cachet au bâtiment. Les habitants veulent pouvoir se sentir bien dans leur maison et inscrire agréablement leur habitation dans le paysage environnant au contraire d’une façade non entretenue qui donne une vision délabrée et potentiellement malsaine de l’habitation.

  • Pour préserver la durée de vie de la maison

Comme nous l’avons évoqué précédemment, les mouvements de terrain sont inévitables au cours du temps et peuvent entrainer des contraintes importantes dans les fondations et murs porteurs menant à de potentielles fissurations qui cheminent le long de la façade. Des fissures peuvent également apparaitre lorsque la construction a fait l’objet de quelques malfaçons et être d’autant plus sensibles aux contraintes et tensions exercées par le travail du sol. Plus les fissures sont profondes et traitées tardivement, plus le risque d’infiltrations et de dégradations importantes dans l’intérieur de l’habitation est important. La rénovation régulière de la façade est donc primordiale à la longévité de la maison.

  • Une question d’amélioration des propriétés thermiques et phoniques de l’habitation

Entreprendre un ravalement de façade permet le plus souvent de combiner des travaux d’isolation afin d’améliorer une isolation thermique mais aussi phonique. Pour les maisons anciennes, c’est souvent l’occasion de faire d’une pierre deux coups : Une remise à neuf de la façade et l’ajout d’un isolant venant favoriser de meilleures performances énergétiques. Un seul chantier est alors installé, on procède tout d’abord à la pose de matériaux isolants avant de les cacher au cours du ravalement de façade. Cette double opération permet de faire d’importantes économies d’énergie (jusqu’à 25% d’économie en fonction du type de chauffage et du choix de l’isolant) ce qui allègera considérablement le budget « énergie » de la maison pour les nombreuses années à venir. C’est un investissement important mais qui s’amortie au fil du temps et donne une réelle plus-value immobilière en plus d’un confort appréciable.
Depuis 2017 les travaux d’isolation sont d’ailleurs rendus obligatoires pour les immeubles lorsqu’un ravalement de façade ou une rénovation de toiture sont entrepris.

  • Question légale relative au ravalement de façade

Le devoir légal d’un propriétaire est d’entretenir sa façade tous les dix ans de telle sorte qu’elle reste propre, saine et en bon état. Cependant elle ne nécessite pas forcément un ravalement total, il peut s’agir d’un nettoyage, d’un décapage, d’un embellissement, d’un traitement particulier ou de quelques réparations. Ce ravalement est la plupart du temps à l’initiative des propriétaires ou de la copropriété. Seules les habitations de Paris et de certaines communes sont visées par arrêté préfectoral et leur propriétaires tenus d’effectuer un ravalement de façade tous les 10 ans. En cas de doute sur vos obligations, renseignez-vous auprès de votre mairie.

  • Ravalement de façade avant une mise en vente du bien

Proposer une belle façade lors d’une visite immobilière dans le but de vendre est forcément un des critères prépondérants pour les potentiels acheteurs. Si le ravalement de façade a fait l’objet d’une pose d’isolant, c’est un argument important de choix. En plus d’un bel esthétisme, la maison gagne en performances énergétiques. Si votre budget le permet, avant la mise en vente, pensez également au remplacement des fenêtres qui participe à l’isolation thermique.
Votre maison ainsi proposée à la vente bénéficiera d’une belle attractivité et d’une impression de neuf. Cela augmentera sa valeur sachant que le coût de rénovation n’incombera pas aux futurs acquéreurs.

Quels sont les différents travaux réalisables sur une façade ?

Le ravalement de façade est un terme relativement vaste pour désigner la remise à neuf de la façade, mais en fonction du matériau de votre paroi et des problèmes rencontrés, certains travaux plus spécifiques peuvent être à privilégier. Nous allons les lister ci-après.
Il est essentiel tout d’abord de bien identifier les problèmes impactant votre façade. Pour cela l’intervention d’un professionnel qualifié vous permettra d’obtenir un diagnostic précis des défauts rencontrés et des travaux à privilégier pour les traiter.
En général, les travaux de façade résultant d’un diagnostic établi sont les suivants :

  • Le nettoyage de la façade : sablage, ponçage, gommage, nettoyage haute pression, nettoyage chimique. En fonction du matériau de la paroi, l’une ou l’autre de ces techniques peut être à privilégier. Le nettoyage est préconisé pour conserver l’esthétisme de son habitation, mais également il aide à prévenir la dégradation en profondeur des agressions extérieures subies. Enfin le nettoyage est souvent une étape préliminaire à des travaux d’isolation ou de traitement plus spécifique.
  • Le traitement de la façade peut venir aider à protéger les murs des attaques extérieures comme les pollutions vertes (mousses) par exemple. Il permet de préserver la peinture mais également les matériaux de construction. Le traitement consiste généralement en la pulvérisation d’un produit chimique anti-mousse ou imperméabilisant.
  • La rénovation de façade désigne les opérations de rebouchage de fissures ou de remplacement de joints par exemple.
  • Les finitions de façade tels que la pose de peinture, de crépis, d’enduit ou de bardage améliorent l’aspect visuel de votre façade et participe à l’isolation thermique de l’habitation.

Quels sont les différents types de façade existants ?

  • La façade légère

Elle est composée de matériaux « légers » et vient se fixer à la structure du bâtiment mais n’a pas de fonction de soutien architectural. Elle est le plus souvent constituée de panneaux de bois, en fibres ou en verre. Elle vient apporter une clôture au bâtiment ou une fonction d’isolation (bardage).

  • La façade lourde

Elle constitue ce que l’on entend le plus souvent par façade classique ou murs porteurs. Elle permet de constituer l’ossature de la maison, la façade lourde se compose de murs porteurs en pierre, brique, moellons ou encore parpaings. On retrouve différents types de façades lourdes :

  • Les préfabriqués sont composés uniquement d’entités préfabriquées (panneaux de béton ou de bois) qui sont alors assemblés sur chantier, c’est une solution privilégiée pour les larges surfaces de bâtiments comme les sites industriels ou les grandes surfaces commerciales. Les avantages sont la rapidité et la facilité d’installation ainsi qu’un coût plus faible par rapport aux autres types de façades.
  • Traditionnelle : Il s’agit ici des façades faisant intervenir les matériaux de construction traditionnels que sont la brique, la pierre, le bois, le plâtre, etc…La construction est bien maitrisée, cependant les performances thermiques ne sont pas, en l’état, optimales.
  • Le système ITE (Isolation Thermique par l’Extérieur)
    Afin de limiter au maximum les transferts de chaleur entre les murs et l’intérieur du bâtiment, on vient poser un isolant (le plus souvent des blocs ou panneaux de polystyrène expansé). L’ensemble est ensuite recouvert d’un revêtement de finition (enduit de finition ou bardage).
  • La façade ventilée diffère du système ITE par l’existence d’une lame d’air entre les murs porteurs et le revêtement de finition. Cette lame d’air supplémentaire contribue à une rentabilité énergétique accrue grâce au phénomène de convection naturelle appelé « effet cheminée ».

Comment réaliser un ravalement de façade ?

Quels sont tout d’abord les éléments susceptibles de dégrader votre façade ?

Nous avons déjà parlé des fissures liées à des malfaçons ou simplement dues au travail du sol au cours du temps.
Il peut également apparaitre au fil du temps un décollement de l’enduit ou du crépit souvent la conséquence d’une pose inadaptée ou due à une stagnation d’humidité.

L’efflorescence de la façade apparait sous la forme de taches blanches et résulte de l’évaporation de sels minéraux, contenus dans les matériaux et véhiculés en surface par l’humidité.
D’autres dégradations peuvent encore intervenir : Une dégradation de la qualité des joints, un changement de couleur du mur provenant des émanations de fumée ou de la pollution atmosphérique ou encore à cause d’une peinture de mauvaise qualité.

Il est important de ne pas laisser ces défauts progresser car ils risquent de dégrader plus en profondeur la structure du bâtiment.
Au niveau de l’étanchéité, il est bon d’observer si des tâches d’humidité persistent en surface de la façade, voire même si elles sont visibles sur les murs intérieurs. La présence de champignons ou de moisissures doit aussi vous alerter. A vous d’entreprendre ensuite les travaux au plus vite, de préférence pendant les périodes de l’année où les températures et l’humidité sont les plus adaptées (traditionnellement à l’automne et au printemps).

Comment procéder étape par étape aux travaux de ravalement de façade ?

Nettoyage de la façade avant ravalement
  • La préparation d’un chantier de ravalement de façade

La pose d’un échafaudage, si elle n’est pas obligatoire, est fortement recommandée pour la sécurité et l’efficacité des travaux de façade. Cette pose permet également de protéger les installations de gaz et d’électricité avec un empiètement au sol défini et maitrisé.
Pensez toujours à demander l’autorisation en mairie ou auprès des services de voirie si l’échafaudage empiète sur celle-ci.
Si le chantier doit nécessairement empiéter chez votre voisin, il ne pourra pas vous le refuser s’il s’agit de la seule solution possible.

  • Nettoyage de la façade avant ravalement

En cas de grosses salissures, privilégiez directement un nettoyeur haute pression sauf s’il s’agit de murs poreux auquel cas vous devrez procéder au nettoyage à l’aide d’une brosse métallique.
L’utilisation de la haute pression permettra de venir facilement à bout des écailles de peinture, et autres parties friables.

  • Traitement de la façade au cours du ravalement

Comme vu précédemment si l’humidité est visible depuis les murs intérieurs, il est fortement recommandé de procéder à l’hydrofugation de votre paroi afin de remédier à ces problèmes d’infiltration. On utilise traditionnellement un produit hydrofuge à pulvériser directement sur les murs.
Pour les traitements de pollutions vertes, la pulvérisation d’un produit anti-mousse ou fongicide éliminera tout lichen, algue ou mousse.

  • Réparation des fissures de façade au cours du ravalement

Une fois la surface nettoyée et saine, on peut procéder au colmatage des fissures. Si celles-ci sont inférieures à 1 mm d’épaisseur, l’application d’une sous-couche de fixation suffira à les faire disparaitre. Dans le cas contraire, poncez-les d’abord afin d’éliminer toute la partie friable avant de les colmater avec un mastic spécial extérieur ou un enduit de rebouchage. Lissez le tout au couteau à enduire afin de préparer au mieux l’application de la sous-couche de peinture.

Application d’un enduit de façade : Comment le choisir ?

Après la réparation des fissures, on vient appliquer l’enduit afin de protéger, uniformiser et décorer la surface. La pose d’un enduit permet également de réparer les quelques défauts restants et d’uniformiser l’aspect global du mur.
L’enduit est un produit composé de liant hydraulique (ciment, chaux, plâtre, …), de sable, d’adjuvants et de colorants. Certains enduits contiennent des fibres de verre voire un treillis galvanisé afin d’apporter un renfort supplémentaire à la surface.
L’enduit de façade s’applique généralement en une à trois couches directement sur le matériau de construction. Il vient par là imperméabiliser la maçonnerie. Deux propriétés sont à choisir avec précaution concernant l’enduit :

  • Le coefficient d’absorption d’eau par capillarité est codifié en trois classes (W0, W1 et W2) et doit être le plus réduit possible. En fonction de l’exposition de votre paroi, vous pouvez adapter le choix de l’enduit à plus ou moins faible capillarité.
  • Veillez également à vérifier la compatibilité de l’enduit choisi avec le matériau de construction de vos murs. Pour les enduits monocouches, la comptabilité dépend d’une norme NF EN 1015-21. Cette norme codifie en trois classes la résistance à l’arrachement (Rt) du support et en quatre classes celle de résistance à l’enduit (CS) selon la nature du support.

L’enduit traditionnel ou multicouche se caractérise par une application en trois couches et se compose de mortier. L’enduit monocouche, plus rapide à mettre en œuvre est formulé pour permettre en une seule couche le dressage, l’imperméabilisation et la finition.

Ces deux types d’enduits ne conviennent pas aux façades anciennes de type moellon, pierre ou terre cuite. Pour ces matériaux il existe des enduits spécifiques à base de chaux.
L’application peut se faire par jetée de truelle ou avec un système de projection (pompe, tyrolienne). En fonction du choix de l’enduit, il peut être recommandé de bien humidifier la paroi avant d’appliquer l’enduit.

Comme pour les travaux de finition en extérieur, il est préférable d’œuvrer les jours où la météo est favorable en termes de température et d’humidité.

L’épaisseur finale d’enduit dépend bien sûr de sa nature : S’il est monocouche, il doit être supérieur à 10 mm et inférieur à 25mm. Pour les types traditionnels ou multicouches, l’épaisseur total peut varier de 20 à 28mm.

Quelle finition choisir pour sa façade ?

  • Peindre sa façade

Là encore, lors de l’application de la peinture, les conditions météorologiques vont jouer un rôle important quant à la qualité du résultat. Pensez à procéder lorsque les températures ne sont ni trop élevées ni trop basses et l’humidité inférieure à 70%. On évitera également de peindre en période de fort ensoleillement. L’idée est d’éviter un séchage trop rapide de la peinture pouvant laisser des traces inesthétiques.

Pour le choix de la peinture, portez votre préférence sur les gammes adaptées à l’extérieur comme la peinture acrylique ou pliolite.
Pour un changement important de couleur, n’oubliez pas de faire valider votre coloris favori par la mairie. En effet en fonction des communes et d’éléments particuliers (site classé à proximité par exemple), toutes les couleurs ne sont pas autorisées. Mieux vaut vérifier la palette de couleurs et textures autorisées selon le plan local d’urbanisme (PLU) ainsi que celle autorisée pour les boiseries avant d’entamer vos travaux.

Votre surface doit être parfaitement sèche pour que la peinture y adhère de façon optimale. On recommande d’attendre quelques jours après son nettoyage ou la pose de l’enduit.
Vous commencerez par protéger les alentours à l’aide d’une bâche au sol et en retirant les volets. C’est également le temps de vérifier l’état des gouttières qui peuvent sérieusement endommager le résultat en cas de défaillances de celles-ci.

Après avoir protégé les encadrements (fenêtres et portes) et enfilé une tenue adéquate, commencez par appliquer la sous-couche de peinture aux angles et recoins à la brosse ou au gros pinceau. Cette sous-couche permet de faciliter l’adhérence de la couche de finition. Laissez ensuite bien sécher.
Une fois que la sous-couche est sèche (attendez une nuit de préférence entre les deux applications), vous pouvez repeindre la façade au rouleau ou au pistolet à peinture. Une peinture pour façade nécessite généralement deux couches qui demandent également chacune un temps de séchage.
Pour un résultat homogène, il est recommandé de croiser les passes horizontales et verticales.
Partez ensuite du haut de la façade par tranche de 1m2 en appliquant le rouleau de bas en haut et de droite à gauche. Veillez à finir un même pan de mur en une seule fois afin d’éviter les démarcations. Après séchage, vous pouvez procéder à l’application d’une deuxième couche.
C’est aussi l’occasion de repeindre vos boiseries et volets, afin d’obtenir une parfaite remise à neuf.

  • Poser un crépi de façade

A fin essentiellement décorative, il peut apporter dans une certaine mesure une isolation thermique et phonique.
Le crépi s’applique sur des parois en béton, en pierre ou en brique. Il doit être appliqué par-dessus un enduit de protection lisse. Le crépi s’applique au rouleau en déposant environ 2 mm d’épaisseur et en le travaillant par bandes parallèles de haut en bas. Le rouleau nid d’abeilles permet de créer la finition classique à picots. L’utilisation de la taloche vous laissera libre de donner l’aspect final désiré par mouvements circulaires ou par lissage. Ici aussi choisissez entre un crépi acrylique ou un crépi pliolite.

Isolation de la façade par ITE (Isolation Thermique par l’Extérieur)

Recouvrement d’une façade à l’aide de panneaux de polystyrène expansé

La technique consiste à recouvrir intégralement la façade de panneaux de polystyrène expansés. Les blocs de polystyrène sont posés à partir du sol et reposent sur des profilés d’assise installés en amont. Les panneaux de polystyrène sont ensuite encollés un à un avec du mortier-colle et posés ensuite directement contre le mur en appliquant une pression. Les câbles et autres tuyaux sont noyés dans l’isolant en y découpant des saignés. En complément du mortier-colle, on vient à l’aide de chevilles et de clous fixer mécaniquement l’isolant contre le mur. Une trame en toile de verre est finalement appliquée et maintenue en place grâce à une couche de sous-enduit. Une deuxième couche de sous-enduit est ensuite appliquée. Après séchage complet, on peut venir passer l’enduit de finition et donner l’aspect final de la façade.

Isolation par pose de bardage

Le bardage extérieur a deux avantages conséquents :

  • Il n’y aucune perte de mètres carrés dans la surface intérieure de l’habitation puisque l’isolant est appliqué à l’extérieur de la maison.
  • L’inertie thermique de la maison est grandement améliorée puisque c’est toute la structure de la maison qui se retrouve isolée, les ponts thermiques sont également bien mieux évités.

En complément de ces avantages de taille, un bardage vient élégamment habiller votre maison. Il permet de changer l’allure de votre maison à moindre frais, de cacher d’éventuelles irrégularités ou d’aplanir un mur. Différents matériaux sont disponibles pour cela, faites votre choix parmi le bois, le zinc, l’ardoise, …
Il faut de préférence faire appel à un professionnel afin d’avoir une pose optimale tenant compte des contraintes de ventilation nécessaire à l’évacuation de l’humidité.

Combien coute l’isolation et le ravalement d’une façade ?

Il s’agit de toute évidence d’un réel poids financier et matériel et qui est malheureusement inévitable.
En faisant appel à un professionnel, certes l’investissement sera plus conséquent que si vous le faisiez vous-même mais l’un des gros avantages est que vous pourrez bénéficier de la garantie décennale en plus du savoir-faire et de la maitrise de votre artisan. Cette garantie couvrira les vices et malfaçons pour une période de dix ans.
Les artisans façadiers et entreprises de ravalement sont spécialisés dans toutes ses problématiques. Ils maitrisent également tous les aspects de sécurité et veillent à préserver les installations.
Suivant votre situation vous pouvez bénéficier des subventions et aides offertes par l’Etat.
Pour un ravalement de façade classique (nettoyage, remise en état du mur et nouvelle protection), le prix d’une façade d’immeuble se situe généralement entre 17 000 et 21 000 euros TTC, pour une façade de maison, il se situe autour de 7000 euros TTC.
Avec piquage et pose d’enduit, il faut prévoir un supplément d’une quarantaine d’euros par m2.
Si vous décidez d’intégrer l’isolation thermique lors du ravalement de la façade, le coût total pour une façade de maison pourra avoisiner les 15 000 euros.


Choisir entre une isolation thermique extérieure sous enduit ou sous bardage ?

L’isolation thermique par l’extérieur (ITE) constitue l’une des options les plus efficaces en termes d’efficacité énergétique. Les déperditions thermiques par les murs représentent 25%, en seconde pla…

Trouver la technique de nettoyage adaptée au matériau de votre façade

Premier aperçu que l’on a d’une maison, la façade se doit d’être soignée pour conserver une belle valeur immobilière. Outre le côté esthétique, l’entretien d’une façade est important pour conserver un…

Comment réussir ses travaux de ravalement de façade ?

Elément essentiel d’une maison ou d’un bâtiment, la façade se doit d’être esthétique tout en remplissant ses fonctions d’isolation et d’étanchéité. Découvrez ci-après comment réussir vos travaux de ra…